Compassion? Soyez votre propre guide

Publié le par Webmaster

Propos de notre Prophète Bien Aimé pris en note lors du stage d'hiver en Suisse en fèvrier dernier? [Cf. Contact n° 333 du 2 mai 61a.H. (2007)]

La compassion et l'empathie, ça commence par soi-même.

On a tous en nous une sorte de dédoublement de la personnalité. Il y a l'être ordinaire que l'on peut appeler inconscient et puis il y a la conscience. Et seulement la conscience est capable d'empathie et de compassion. L'inconscient est capable de tuer tout le monde, de devenir militaire, de devenir Bush. Ça c'est l'être ordinaire avec tout ce que ça représente de potentiel de mal. L'inconscient peut parfois faire du bien inconsciemment. La conscience elle, choisit toujours le bien. Dès qu'il y a conscience, il y a l'amour et le bien. On doit vraiment se considérer comme un être double.

Quand j'utilise ma conscience, l'autre être inconscient capable du pire est là et vous avez tous fait des trucs terribles, vous le savez, vous avez fait des choses que vous regrettez et que vous n'auriez jamais voulu faire ou dire. Vous avez fait souffrir des gens, vous avez volé, vous avez peut être tué, tout est possible. Et c'est là qu'il faut d'abord pardonner et se pardonner à soi-même. Mais pour ça il faut que la conscience nous parle, que la conscience prenne par la main le petit enfant qu'est l'être inconscient que nous sommes, à tout moment et lui dise : « Tu as fait telle bêtise, mais tu vas voir ça va aller mieux, je vais te guider ». Soyez d'abord votre propre guide.

Qu'est ce que ça veut dire que la conscience vous guide ? Ça veut dire qu'il y a un individu à guider.

C'est tellement facile de se voir comme un guide pour les autres, ça permet d'oublier à quel point on a besoin soi-même d'être guidé. Vous voulez être un grand guide, commencez à vous guider vous-même en vous prenant par la main et en vous guidant vers le bien, vers l'amour.

Regardez-vous en étant capable d'aimer vos défauts, tout votre passé, toutes les « conneries » que vous avez faites en appliquant le « pardonnez-leur ils ne savent pas ce qu'ils font » qui devient « pardonne-moi, je ne savais pas ce que je faisais ». pardonne-moi moi-même parce que je ne savais pas ce que je faisais, je n'étais pas conscient, je n'étais pas dans l'amour et c'est pour ça que j'en ai fait souffrir d'autres. Regardez-vous avec compassion et amour, prenez-vous vous-même par la main et parlez-vous ? je le fais moi-même, faites-le, même si vous avez peur d'être pris pour un débile parce que vous vous parlez, mais dites-vous à vous-même « Arrête tes conneries »

Personne n'est parfait, aucun guide, ni moi, ni les Elohim.

Parfois je perds un peu l'espoir en regardant la planète, ça m'arrive, c'est mon défaut. Parfois je dis aux Elohim « J'en ai marre, venez me chercher, je ne veux plus les voir » Puis je me parle, je me rappelle que si je suis là c'est parce que ce n'est pas fini, c'est que j'ai encore des choses à faire. Je regarde les raëliens qui sont là, à 100% avec moi et je me dis que je dois continuer et je me bats.
Ça vous arrive sûrement aussi et c'est normal d'être désespéré parfois, un court instant, quand on voit se qui se passe sur la planète et quand on voit la façon dont les gens réagissent à des choses toutes simples telles que la façon dont les gens réagissent au simple fait que nous sommes raëliens. Quel est notre crime ? Combien de gens avons nous tués et assassinés ? Notre crime ? On croit aux extraterrestres ? C'est grave ! On croit aux soucoupes volantes ? Brûlons les ! On croit au clonage? Ça n'a nuit à personne à ma connaissance. Quel est notre crime ? Par contre, les gens qui circoncisent les enfants et voilent leurs femmes, pour eux il faut la tolérance, il faut être respectueux dans la société, accepter leur différence. Leur livre dit qu'il faut tuer les juifs et les chrétiens; pas de problème selon la majorité, il faut être tolérant ! Mais les Raëliens qui croient aux extraterrestres, là la tolérance s'arrête. Parfois je me dis qu'est-ce que je fais là ? Puis ensuite je me gronde :-)

Il faut vous prendre par la main comme ça et vous dire : « ma conscience va parler à cet être inconscient qui réagit » C'est vrai que parfois on a envie de réagir de façon épidermique et tout nous y pousse dans la société parce que ça vole assez bas dans l'ensemble.

Mais c'est vrai pour tout et surtout pour l'amour de soi. Il faut se prendre par la main et s'aimer. Une fois que vous aurez cette compassion et empathie pour vous-même, alors seulement vous pourrez en avoir pour les autres. Aussi longtemps que vous n'avez pas fait le ménage à l'intérieur, que vous ne vous êtes pas tout pardonné et que vous ne vous aimerez pas inconditionnellement avec tous vos défauts, problèmes et insuffisances, alors vous serez incapables d'aimer les autres.

Aimer ses défauts ne veut pas dire que l'on ne va pas essayer de s'améliorer, mais on s'aime d'abord comme ça et on fait tout ce qu'on peut pour évoluer.

Il faut accepter le yin et le yang, l'ensemble de l'individu.

Ayez toujours en tête ce petit enfant que vous prenez par la main, même si vous avez 80 ans. La conscience guide l'être inconscient? Soyez votre guide !

Retour au Menu Principal Rael Expression

Publié dans Enseignement

Commenter cet article